Vous êtes ici : AccueilActus UDAFL'UDAF33 reçoit les candidats aux Législatives 2017

L'actualité des associations

L'actualité de l'UDAF33

Plus que jamais, les familles sont un point d’ancrage fort dans une société plus instable, plus mobile et confrontée à des défis importants. Moteur de la cohésion sociale et de l’économie, elles sont le premier lieu d’éducation des jeunes, d’apprentissage des comportements civiques et de la solidarité.

A l’occasion de la campagne des législatives 2017, l’UDAF de la Gironde a invité, mardi 30 mai 2017 dans ses locaux, les candidats de différents partis politiques à répondre aux questions des responsables des mouvements familiaux de la Gironde.

C’est ainsi que M. François-Xavier LEURET, Président de l’UDAF 33, a interviewé, chacun à leur tour, M. Pierre CAZENAVE du Parti Communiste Français, Mme Eloïse BAJOU et  Mme Cécile COTI de la France Insoumise, M. Philippe DUBOIS du Front National, Mme Catherine FABRE de la République en Marche, Mme Emmanuelle AJON du Parti Socialiste , M. Stéphane SAUBUSSE d’Europe Ecologie les Verts d’Aquitaine, M. Nicolas FLORIAN  des Républicains-UDI.

Les huit candidats ont pu s’exprimer sur les orientations qu’ils souhaitent mettre en œuvre pour toutes les familles sur les thèmes suivants :

Ethique : maintien ou non du mariage pour tous ? Quelle position sur la PMA et sur la GPA ?

Il ressort que la majorité des candidats sont pour le maintien de la loi TAUBIRA (excepté le FN), pour la PMA - procréation médicalement assistée- (sauf une exception à titre personnel), opposés à la GPA – gestation pour autrui - (excepté l’EELV), principalement à cause de la marchandisation du corps de la femme, tout en reconnaissant qu’il faut trouver une solution légale pour que l’enfant né dans ces conditions soit reconnu.

 

Economique : quelle  position par rapport à l’universalité des allocations familiales ? Quelle reconnaissance sociétale pour les bénévoles ? Quelles mesures pour lutter contre la spirale de la pauvreté, notamment pour les familles monoparentales ?

Chacun (excepté le PS) demande le rétablissement de l’universalité des allocations familiales, avec pour certains une prise en charge dès le 1er enfant.

Tous sont d’accord pour un réel statut du bénévole avec une valorisation des acquis de l’expérience, un droit à congés, un soutien à la formation, l’indemnisation de certains frais, des incitations fiscales…

Concernant les familles défavorisées, chacun souhaite agir sur les différents axes de la scolarité, du logement, de la santé…

 

Parentalité / travail : quelle politique pour le développement de l’offre d’accueil petite enfance ? Modulation des rythmes de travail en fonction de l’âge de l’enfant ?

La création de places de crèche supplémentaires est une préoccupation pour chaque candidat, même si des divergences existent sur le type de gestionnaire (secteur public, secteur privé non marchand, secteur privé marchand).

La proposition de l’UDAF d’articuler le temps de travail avec les besoins familiaux est retenue. 

 

Vieillesse/handicap/solidarité : quelles propositions pour le développement des soins palliatifs ?

La solidarité par rapport à la vieillesse, le handicap…

Chacun s’accorde à vouloir rouvrir le débat sur la fin de vie, sur les soins palliatifs, à augmenter le nombre de places.

Concernant le handicap, tous reconnaissent l’insuffisance de prise en charge, le manque de logements adaptés, des prestations à revaloriser, une mise en conformité obligatoire des infrastructures, la nécessité de reconnaître et d’aider les acteurs sociaux, une aide technique et financière indispensable pour le maintien à domicile…

 

Education : quelles propositions pour soutenir la fonction éducative des parents ? Quelle est la fonction éducative des parents et de l’école, qui enseigne le savoir être aux enfants ?

Des propositions sont faites par des candidats pour une scolarité obligatoire de 3 à 18 ans, la création d’un statut de parent d’élèves avec un droit à congé et formation (identique aux syndicats), l’adaptation des rythmes scolaires, le rétablissement du temps d’étude dès la primaire, la scolarisation des enfants handicapés, avec l’aide d’un tiers... Des divergences existent quant à l’implication importante ou non des parents à l’école…

 

L’UDAF remercie les candidats présents d’avoir accepté ces rencontres qui permettent aux mouvements familiaux de connaître leur position en matière de politique familiale

Stéphane SAUBUSSE Nicolas FLORIAN
Emmanuel AJON Catherine FABRE
Pierre CAZENAVE EloÏse BAJOU Philippe DUBOIS

 

Aller au haut